close

Sommaire

RECEVOIR LE MAGAZINE

Vous souhaitez recevoir notre magazine en version papier ? Indiquez-nous vos prénom, nom et adresse postale :

Réseaux sociaux

Crédits

UNIVERSITÉ PARIS DESCARTES
12 RUE DE L’ÉCOLE DE MÉDECINE
75006 PARIS

DIRECTEUR DE LA PUBLICATION : Frédéric Dardel

RÉDACTEUR EN CHEF : Pierre-Yves Clausse

RÉDACTEURS : Jean-Christophe Piot, Pierre-Yves Clausse

CRÉDIT PHOTOS : Université Paris Descartes – ®F. POLETTI – istock2017

CONTRIBUTEURS :
Par ordre d’apparition dans le magazine : Frédéric Dardel, Jean-Michel Scherrmann, François Bouzom, Salima Hacein-Bey-Abina, Alain Fischer, Pauline Chauvin, Jean-François Toussaint, Luc Collard, Jean-Paul Gaudillière, Isabelle Varescon, Jean-Hugues Trouvin, Jérôme Peigné, Xavier Coumoul, Robert Barouki, Ariel Lindner, Marie Zins, Karine Audouze

CONCEPTION ET RÉALISATION : Caillé associés

UNE IDÉE, UNE QUESTION ? presse@parisdescartes.fr

close

RECEVOIR LE MAGAZINE

Vous souhaitez recevoir notre magazine en version papier ? Indiquez-nous vos prénom, nom et adresse postale :

Réseaux sociaux

close

Crédits

UNIVERSITÉ PARIS DESCARTES
12 RUE DE L’ÉCOLE DE MÉDECINE
75006 PARIS

DIRECTEUR DE LA PUBLICATION : Frédéric Dardel

RÉDACTEUR EN CHEF : Pierre-Yves Clausse

RÉDACTEURS : Jean-Christophe Piot, Pierre-Yves Clausse

CRÉDIT PHOTOS : Université Paris Descartes – ®F. POLETTI – istock2017

CONTRIBUTEURS :
Par ordre d’apparition dans le magazine : Frédéric Dardel, Jean-Michel Scherrmann, François Bouzom, Salima Hacein-Bey-Abina, Alain Fischer, Pauline Chauvin, Jean-François Toussaint, Luc Collard, Jean-Paul Gaudillière, Isabelle Varescon, Jean-Hugues Trouvin, Jérôme Peigné, Xavier Coumoul, Robert Barouki, Ariel Lindner, Marie Zins, Karine Audouze

CONCEPTION ET RÉALISATION : Caillé associés

UNE IDÉE, UNE QUESTION ? presse@parisdescartes.fr

close

Mode d'emploi

Naviguer à l'horizontale

LA NAVIGATION DE GAUCHE À DROITE.
les rubriques se succèdent pour respecter la progression du magazine.

Naviguer à la verticale

LA NAVIGATION DE HAUT EN BAS
Glisser verticalement, pour faire le contenu de l'article.

Outils

  • close
    Fermer
  • print
    Version imprimable
  • format_size
    Agrandir le texte
  • search
    Rechercher
  • thumb_up
    Aimer l'article
  • share
    Partager
  • comment
    Commentaires
close
Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages
Filter by Categories
Chapitres
Défi Biomédical
Défi économique
Défi humain
Défi règlementaire
Défi sanitaire
Défi sociétal
édito
Et ailleurs ?
Et demain ?
Panorama
webzine-5
webzine-6
webzine-7
Et ailleurs ?

Le médicament : lieu de rencontre des disciplines scientifiques

La conception d’un médicament nécessite la mise en relation d’une multitude de connaissances et de disciplines scientifiques. De la chimie à la biologie en passant par les mathématiques et… l’informatique. Outil devenu indispensable à nos vies quotidiennes, l’informatique joue également un rôle prépondérant dans la pharmacologie.

Le paradigme classique de la pharmacologie consiste à associer une molécule à une cible biologique particulière dans le cadre d’une indication thérapeutique. Chaque médicament répond à une pathologie particulière. En prémisse de tout développement, il est nécessaire d’identifier la cible biologique à l’origine du dysfonctionnement de l’organisme afin d’en faire une cible thérapeutique. “Les connaissances physiopathologiques des maladies permettent sa caractérisation. Une fois la cible identifiée, la biologie et la chimie assistées par ordinateur ainsi que l’intégration de données “omiques” offrent la possibilité de créer des modèles permettant de prévoir les effets pharmacologiques dont la toxicité d’une molécule utilisée à des fins thérapeutiques” explique Karine Audouze, Maître de Conférence en Bioinformatique à l’Université Paris Diderot. Ces techniques sont utilisées depuis plusieurs années dans les centres de recherche universitaires et les laboratoires pharmaceutiques. “Nous cherchons ensuite à identifier des “hits” (tête de séries potentielles). Il s’agit alors de procéder à une inspection systématique par ordinateur des molécules existantes, qu’elles soient naturelles ou synthétiques, afin de trouver celles qui présentent les capacités physico-chimiques les plus intéressantes. On parle ici d’un criblage virtuel à haut débit” poursuit Karine Audouze. Une fois identifiés, ces “hits” sont ensuite optimisés via des techniques de modélisation moléculaire afin d’améliorer leurs propriétés biologiques et de pouvoir passer à l’étape de développement des candidats-médicaments. Ces derniers suivront ensuite une phase de test avec des études précliniques puis cliniques afin de mesurer leur tolérance et leur efficacité sur l’organisme. Ce paradigme “un médicament, une cible thérapeutique” tend aujourd’hui à être dépassé.

Le paradigme ‘un médicament, une cible thérapeutique’ tend aujourd’hui à être dépassé.

La polypharmacologie, un tournant dans l’histoire du médicament.
“La polypharmacologie consiste à ne plus associer une molécule à une seule cible mais à plusieurs. Cette approche défend l’idée qu’un médicament, de par ses effets directs mais aussi ses effets secondaires, peut être prescrit dans le cadre de plusieurs pathologies” poursuit-elle. Le développement de modèle sur ordinateur basé sur une approche mathématique permet de donner dans certains cas une seconde vie à des molécules en les réadaptant et en les réutilisant à d’autres fins thérapeutiques. “Prenons l’exemple du Thalidomide, médicament sédatif et antinauséeux prescrit chez la femme enceinte et retiré du marché en 1961 à la suite d’un scandale sanitaire impliquant des milliers de cas de malformations très graves chez les enfants, aujourd’hui prescrit contre le cancer de la moelle osseuse pour ses propriétés anti-tumorales” expliquet-elle. Cette nouvelle vie donnée aux médicaments est rendue possible par ce nouveau paradigme. “De nos jours l’accès à des millions de molécules via des bases de données nous permet de suggérer de nouveaux candidats-médicaments à tester biologiquement, et ce à moindre coût”. C’est tout le sens de notre travail pour lequel la bioinformatique est un outil indispensable” conclut Karine Audouze.

MASTER BIOCHIMIE, CELLULES, CIBLES THÉRAPEUTIQUES. SPÉCIALITÉ BIOTECHNOLOGIE PHARMACEUTIQUE ET THÉRAPIES INNOVANTES
Ce master de l’Université Paris Diderot propose une formation complète et pluridisciplinaire en biotechnologie à visée pharmaceutique et biomédicale regroupant à la fois les aspects plus fondamentaux de la conception du biomédicament, la bioproduction, les aspects relatifs à la qualité (contrôle et assurance qualité), l’enregistrement des biomédicaments ou les thérapies cellulaire et génique. Les stratégies de développement et d’enregistrement des biomédicaments incluent également les médicaments de thérapies innovantes.